07 novembre 2009

Public et Private Cloud

Le cinquième concept du "Cloud Computing", que j’ai cité dans mon article Tout n’est pas "Cloud"! Le "Cloud Computing" c’est …, est l’internet (au sens réseau IP). De manière générale je peux dire qu’un "Cloud" est composé d’un ou plusieurs data-centre (n’importe où dans le monde) interconnectés par un réseau haut débit. Ce type de solutions est aussi communément appelé "Public Cloud".

Les "Clouds" public sont généralement exploités par des sociétés tierces comme Amazon, Google, Microsoft, GoGrid, etc. Ce sont des infrastructures mutualisées et partagées par un grand nombre d’utilisateurs. Les "Clouds" public permettent de réduire les prix grâce aux économies d’échelles et les risques par la multiplication des infrastructures. Ce modèle permet aussi d’assurer les capacités de scalabilités et d’élasticités que doit offrir le "Cloud Computing". Le "Cloud" public étant hébergé dans un environnement partagé et exploité par une société tierce, son exploitation peut poser un certain nombre de problèmes comme :
  • La confidentialité des données peut-être mise ne danger par les autres utilisateurs.
  • En fonction d’où sont hébergées les machines, certaines lois peuvent porter un préjudice à l’utilisateur [AFG_09].
  • Les performances ne sont pas constantes, car dépendantes de l’activité des autres utilisateurs.

Les "Clouds" privés sont des solutions dédiées à un client. Ils sont hébergés soit au sein de l’entreprise ou chez un prestataire de services (infrastructure dédiée). Le client a par conséquent un contrôle total sur ses données, il maîtrise la sécurité et bénéficie d’un niveau de service garanti. Par compte, les "Clouds" privés sont souvent limités dans leurs capacités techniques.

Les "Clouds" hybride combinent les deux types de "Cloud". Ce modèle permet de garantir la sécurité et la confidentialité des données tout en offrant la possibilité d’absorber une plus grande charge de manière temporaire. Ils sont généralement utilisés pour absorber les piques de charge. Le problème majeur de ce modèle est le transfert des données entre les deux solutions.

En résumé je peux dire que les termes public et privé ne définissent pas forcément ou se trouve physiquement le "Cloud", même si souvent le terme "public" connote que la solution de "Cloud Computing" est hébergée quelque part sur l’internet et le terme "privé" qu’elle est hébergée au sein de l’entreprise, mais quel est la nature de son contenu.


[AFG_09] Michael Armbrust, Armando Fox, Rean Griffith, Anthony D. Joseph, Randy H. Katz, Andrew Konwinski, Gunho Lee, David A. Patterson, Ariel Rabkin, Ion Stoica et Matei Zaharia, Above the Clouds: A Berkeley View of Cloud Computing, http://www.eecs.berkeley.edu/Pubs/TechRpts/2009/EECS-2009-28.html publié en février 2009

1 commentaire:

  1. Depuis plusieurs mois, la littérature parle de plus en plus de "community cloud". Pour moi un "community cloud" n’est rien d’autre qu’un "private cloud" partagé entre plusieurs entités devant collaborer et/ou partager une ressource.

    RépondreSupprimer