17 mars 2010

Choisir une solution de "Cloud Computing"

Aujourd’hui, je viens de faire une présentation du concept de "Cloud Computing" au eb-Qual Technology Day à Genève. Durant cette présentation, j’ai résumé ce que j’écris sur ce blog depuis plusieurs mois et j’ai fini mon exposé avec la présentation de mes dernières recherches. Depuis fin janvier 2010, j’ai travaillé sur la définition de critères de choix et sur une analyse budgétaire de plusieurs solutions.

Pour choisir une solution de "Cloud Computing", j’ai défini quatre grandes catégories de critères : qualité de service (QS), sécurité (SEC), technique (TEC) et domiciliation (DOM) de la solution regroupant 13 critères.

  1. "Cloud privé" (SEC) signifie que les applications et les données sont hébergées soit au sein de l’entreprise, soit dans une structure dédiée et sécurisée chez un prestataire de service. En cas d’hébergement externe les données sont accédées au travers d’un VPN.
  2. "Cloud public" (SEC) signifie que les applications et les données sont entièrement hébergées sur des infrastructures mutualisées.
  3. "Communauté / documentation / support" (TEC) englobent toutes solutions d’aide mises à disposition des utilisateurs de solution de "Cloud Computing" pour développer, déployer et exploiter leur solution.
  4. "Data centre en Europe" (DOM) signifie que les applications et les données sont hébergées dans un des pays membre de l’Union Européenne ou de l’Association européenne de libre-échange (AELE).
  5. "Data centre en Suisse" (DOM) signifie que les applications et les données sont hébergées qu’en Suisse.
  6. "Data centre n'importe où" (DOM) signifie que les applications et les données sont hébergées n’importe où dans le monde.
  7. "Elasticité" (QS) signifie que la solution de "Cloud Computing" est capable de grandir et de rétrécir entièrement automatiquement.
  8. "Facilité de déploiement" (TEC) signifie que l’utilisateur de la solution de "Cloud Computing" peut déployer son application de manière simple soit à l’aide d’un programme type FTP, soit au travers d’une interface web.
  9. "Langages de programmation" (TEC) signifie que les langages autorisés pour le développement sont des langages de programmation couramment utilisés sur le marché comme : Java, .Net, Python ou Ruby.
  10. "Scalabilté" (QS) signifie que la solution est capable d’absorber la montée en charge.
  11. "Sécurité des données" (SEC) signifie que la solution garantit que les données ne peuvent être accédées par des tiers non autorisés. Cela signifie aussi que les données sont régulièrement backupées et qu’elles peuvent facilement être récupérées lors de migration.
  12. "SLA" (QS) signifie que la solution offre un certain niveau de service garanti.
  13. "Standards ouverts" (TEC) signifie que la solution peut facilement être transférée d’une solution à une autre.


L’importance de chacun de ces critères peut varier d’un projet à l’autre et il est nécessaire de les pondérer à chaque projet.

Mon second axe de travail était le budget, j’ai essayé d’estimer le coût de l’hébergement d’une solution soit chez Amazon, Google ou Microsoft où sur un "Cloud Privé" avec VMware. Ma conclusion, pour cette étude est qu’il est très difficile d’estimer ce coût, car tout (processeur, disque de stockage, trafic réseau, les accès à la base de données, l’envoie d’email, …) est facturé ! Il faut aussi choisir le lieu de domiciliation (Europe, États-Unis, Asie, …) de son projet. Ce choix peut entrainer des surcoûts, mais il est quasiment obligatoire pour garantir la qualité du service. Finalement, j’ai constaté que monter son propre "Cloud" avec une solution VMware peut rester bon marché pour autant qu’on aie déjà un grand nombre de serveurs à gérer, car le coût des ressources humaines est alors divisé entre tous les projets.
A titre d’exemple l’hébergement d’un site d’information sur 2 serveurs chez Amazon, Google ou Microsoft coute environ 16'000.- CHF par an et une solution VMware (2 virtual machines, avec 1 core de processeur chacune) sans le coût des ressources humaines coutera moins de 8'000.- CHF par an. Cette dernière solution a ses avantages (par exemple : l’entreprise garde la main sur ses données) et ses inconvénients (par exemple : nécessite beaucoup de ressources techniques pour assurer les pics de charge).

En conclusion, je peux dire qu’il n’y a encore aucune solution qui se détache et que les acteurs du marché ne font rien pour nous faciliter la tâche. Choisir sa solution de "Cloud Computing", c’est un peu comme choisir son abonnement de téléphone portable!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire