15 janvier 2012

2012! L'année du mobile!


En 2012 le cloud est partout [1] et c’est lui qui fait fonctionner toutes nos applications mobiles [2].

Depuis fin 2011 le nombre de smartphones dépasse le nombre des ordinateurs individuels (PC). Ce changement engendre une transformation radicale dans la façon dont nous accédons et nous partageons l'information. Les appareils mobiles sont maintenant suffisamment puissants et sophistiqués pour permettre aux utilisateurs de gérer leur entreprise, d’accéder à leurs dossiers, de rester informés depuis n'importe où et en tout temps.

Cette année de plus en plus d’employés seront des collaborateurs mobiles. Mis à part quelques exceptions, la plupart des pays verront le nombre de ces derniers croitre [3].

Sans aucune aide gouvernementale coordonnée, les compagnies de télécommunication de la planète ont facilité la création d’un nouveau marché gigantesque, à échelle mondiale. Ce marché est celui de la débrouillardise et il est surnommé «système D» par l'auteur Robert Neuwirth. Il est estimé à mille milliards de dollars [4].

Depuis la publication de l’article "le web est mort" en août 2010, dans le magasine Wired [5], un débat fait rage entre les partisans des apps et les partisans du web "mobile" comme le rapporte Mathew Ingram dans son article [6]. Cela peut sembler comme un grand et nouveau monde si vous êtes un développeur d'applications - ou si vous êtes un acteur majeur de l'économie des Apps à la manière dont Apple et les fournisseurs de plateforme tels que Facebook et Google le sont. Les Apps sont utiles car elles vous permettent de contrôler l'expérience que vos utilisateurs ont jusque dans les moindres détails. … Toutefois "Si je ne peux pas faire de liens dans et hors de ce monde, il ne peut pas remplacer le web".

Personnellement, je pense que 2012 sera l’année du mobile et le cloud sera le moteur invisible de cette révolution.


[1] GigaOm - Barb Darrow, The secret behind all those shiny CES gadgets? Cloud computing, http://gigaom.com/cloud/the-secret-behind-all-those-shiny-ces-gadgets-cloud-computing/, publié le 09/01/2012, consulté en ligne le 10/01/2012
[2] GigaOm - Kevin Fitchard, Siri: Enabler of more data consumption, not the root cause, http://gigaom.com/apple/siri-enabler-of-more-data-consumption-not-the-root-cause/, publié le 09/01/2012, consulté en ligne le 10/01/2012
[3] L'Atelier BNP Paribas, Employees Becoming More and More Mobile, http://www.atelier.net/node/400445, publié le 12/01/2012, consulté en ligne le 13/01/2012
[4] Forbes, Elise Ackerman, The $10 Trillion Economy Mobile Built, http://www.forbes.com/sites/eliseackerman/2012/01/12/the-10-trillion-economy-mobile-built/, publié le 12/01/2012, consulté en ligne le 13/01/2012
[5] Wired, Chris Anderson et Michael Wolff, The Web Is Dead. Long Live the Internet, http://www.wired.com/magazine/2010/08/ff_webrip/all/1, publié le 17/08/2010, consulté en ligne le 15/09/2010
[6] GigaOm, Mathew Ingram, Apps vs. the web: Are they enemies or allies?, http://gigaom.com/2011/12/14/apps-vs-the-web-are-they-enemies-or-allies/, publié le 14/12/2011, consulté en ligne le 15/12/2011

1 commentaire:

  1. Suite à l’article du Monde Informatique ( http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-en-europe-les-mobiles-representent-4-6-du-trafic-internet-47513.html ), j’ai été faire un petit relevé sur des sites que je gère et je constate que les chiffres mentionnés dans cet article sont inferieurs aux miens. J’ai entre 5 et 9% de mobiles - tablettes. Je peux aussi préciser qu’Apple a le dessus du marché par rapport à Android, avec un ratio 80-20. Les autres systèmes sont quasiment inexistants.

    RépondreSupprimer